Mes ancêtres bretons me détestent (2)

Previously on « Goddamned Ancestors! »: Des villages bretons, des apostrophes, aucune trouvaille, une myopie anvancée et un drame se produisant subitement.

Après avoir relu rapidement l’acte de décès de Marie Cécile SÉVÉNO en 1803, je cherche celui de son père, décédé avant. Enfin, en théorie… puisque j’avais mal lu.

Je n’ai pas pu m’empêcher cette réflexion a posteriori: « Quel guignol ce Thomas! ». Ceci n’est pas sans rappeler le billet de S. Boudarel en relation avec celui de Mistike sur être une truffe ou non.

A un moment ou à un autre, on finit par être une « truffe » pour reprendre cette heureuse expression. On néglige toujours quelque chose, on oublie un détail crucial, une pile d’archives nous tombe littéralement sur la tête, on ne comprend plus nos notes et dépouillons à nouveau le même registre… Dans ce cas, c’était une faute d’inattention.

Ah, je pouvais toujours le chercher ce décès de M. SÉVÉNO entre 1779 (date de naissance de son dernier enfant connu) et 1803. Dailleurs je l’ai cherché… A Crac’h de 1779 jusqu’en l’an III ainsi qu’en 1802, à St Gildas d’Auray de 1779 à 1790, à St Goustan d’Auray de 1788 à 1791, à Auray en 1802. Ca fait beaucoup de trous dans les recherches, mais la démarche était soigneusement notée et avait une cohérence… enfin je crois.

Finissant bien sûr par me rendre compte de mon erreur, après avoir épluché une trentaine d’années de sépultures/décès, je cherchai après 1803.

Dans ce cas, on se dit: « Bah, c’était une erreur de ma part, je vais trouver ce %£µ*$§ d’acte! ».

Petite recherche à Crac’h de 1802 à 1852… Rien. Auray de 1802 à 1852? Rien. Il fut jardinier à Carnac aussi, peut-être là-bas de 1802 à 1852? Non plus. Bon j’ai trouvé à Carnac une soeur de Marie Cécile dont je n’avais pas connaissance qu’elle fût mariée.

deces-seveno-catherine-17pluvXI-Carnac.JPG
L’acte de décès de Catherine SÉVÉNO, soeur de Marie Cécile, le 17 PLUV an XI et épouse de Louis Le GLOAHEC

Mais c’est  tout. Mes ancêtres bretons m’en ont fait voir de toutes les couleurs.

Sacrés ancêtres, ceux-là!

Au prochain épisode: un oncle injurié par J. de Goncourt, un cousin par Drumont pendant qu’un ancêtre se fait pote avec L. Daudet, Vincent bouffé par les requins, l’escroc, la sorcière, le fada, « ni belle ni bonne » et les tableaux de familles qui nous « inspirent » aux toilettes.

Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.