La bibliothèque idéale

Sacrés Ancêtres! aime les livres, ça vous le savez. Il en parle à chaque fois qu’il le peut. Parler de livres généalogiques, c’est bien, cependant, à quoi peut bien ressembler une bibliothèque idéale ?
C’est une question un peu saugrenue puisque l’on est sur un blog de généalogie : la bibliothèque idéale est celle qui nous permet de mieux connaître nos ancêtres.
Oui, mais, est-ce suffisant ? Est-ce que cela fait de notre bibliothèque une bibliothèque de « gentilhomme » ? Finalement, est-ce qu’une bibliothèque qui ne contiendrait que des livres d’histoire serait digne du nom de « bibliothèque » ?
Si je me pose la question, c’est simplement que je me trouve face à ce problème. Ma famille possède une vaste bibliothèque, mais presque essentiellement tournée vers les sciences humaines ; en littérature, presque rien. Mon père a acheté il y a un ou deux mois un poche des Fables de La Fontaine car on n’en avait pas d’exemplaire. Je sais, les Poche, c’est caca, mais en attendant, il y a au moins le texte dedans…
Est-ce qu’une bonne bibliothèque ne doit pas contenir les classiques de la littérature ? Les classiques des sciences sociales ? En somme, les livres indispensables à une bonne culture ? Ne pas avoir un livre ne veut pas dire qu’on ne l’a pas lu. J’ai acheté un Kindle et je lis beaucoup dessus, j’y ai lu Proust, j’y lis Zola et Chateaubriand. Mais que diraient nos descendants s’ils étaient face à l’inventaire de notre bibliothèque dite « physique » ?
Petit intermède : Pendant longtemps, l’historiographie s’est contentée de regarder dans les catalogues de bibliothèque les livres possédés mais aujourd’hui, l’historien s’intéresse de plus en plus aux livres lus. Cela conduit à dire que ce n’est pas bien grave si vous n’avez pas tous les classiques chez vous tant que vous les avez lus.
Cependant, je continue d’avoir honte de ma bibliothèque car elle ne contient pas les classiques. Mes parents ont balancé quelques milliers de Poche qu’ils possédaient et j’ai continué le mouvement en jetant mes Poche déglingués ou en les donnant.

Une fois la liste des livres à se procurer définie (suivant vos goûts notamment), quelle édition se procurer ? Je ne m’adresserai pas aux bibliophiles convaincus qui vont chercher l’édition originale, ou la reliure parfaite, ceux-là savent très bien quelle édition ils veulent. Je m’adresse aux autres, ceux qui, comme moi, n’ont pas un gros budget et ont pourtant envie de s’acheter ces classiques. Il existe, sur Ebay et sur d’autres sites, des éditions anciennes plus ou moins bien reliées et à des prix plutôt intéressants. Je pense aussi à La Pléiade qui offre dans un écrin agréable des éditions critiques de référence. Je considère La Pléiade comme des livres importants qu’il est bon de posséder car :
– (je viens de le dire) il s’agit d’ouvrages de référence contenant des oeuvres complètes
– Ce sont de beaux exemplaires
– Surtout, surtout, ils prennent peu de place.
Le seul point noir pour le bibliophile serait probablement le tirage. Un bibliophile cherche souvent un exemplaire rare et il est certain que les Pléiade ne seront jamais rares.

Avoir des Jean de Bonnot me paraît être une hérésie ; ils sont hors de prix neufs (par rapport à l’objet), sont tape-à-l’oeil et ils prennent une place considérable. Pour le prix d’un Jean de Bonnot neuf, vous aurez un volume de La Pléiade contenant bien plus de texte ou alors un livre plus ancien qui a une histoire.

En quoi ces livres peuvent intéresser le généalogiste ?
Comme vous l’avez remarqué, cet article est aux marges de la généalogie, cependant vous pouvez faire un lien avec ces romans. En effet, que lisaient vos arrière-grands-parents ? Vos ancêtres ? Ils lisaient certains de ces livres et les lire vous permettra de vous immerger dans une époque. Je sais que l’un des mes trisaïeux étaient un grand admirateur de Musset et j’espère pouvoir constituer une bibliothèque sur Musset pour me mettre à la place de cet ancien militaire amoureux des belles lettres.

Vous avez aussi des livres qui sont aux marges de l’histoire ou de la littérature, les almanachs par exemple, les ouvrages de conseils (sur l’agriculture, le négoce, l’accouchement), vous avez des revues aussi.
Et là-dedans, vous avez les « classiques ». En histoire, par exemple, vous pouvez lire Anquetil, Guizot et d’autres. En littérature, ne négligez pas les auteurs populaires à leur époque, ne négligez pas non plus les pamphlets politiques, etc.

Il y a tellement de choses à lire ! Comment faire le tri ?
C’est à moi que vous posez la question ?!! Je suis bibliomane, je vous rappelle… Donc débrouillez-vous.

Vous pouvez cependant poser vos questions sur le forum : http://bibliophilie.forumactif.org/
Les membres se feront un plaisir de vous répondre
Partagez sur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.