Portrait du généalogiste branchouille

Comme vous le savez, Sacrés Ancêtres aime à faire des articles sur les généalogistes, surtout si ces généalogistes prêtent à sourire. Sauf que… Sacrés Ancêtres! prête aussi à sourire car il fait partie de cette branche de généalogistes étranges, ces généalogistes sortis tout droit de la génération Y, ces généalogistes insupportables : les généalogistes branchouilles.

Comment reconnaît-on un généalogiste branchouille ?

Au départ, il paraît être comme n’importe qui, un généalogiste perdu dans la foule. Mais, tout à coup, il sort son smartphone et il twitte ! Il twitte sa vie de généalogiste 2.0. complètement blasé, il twitte qu’il a encore vu une montagne d’erreurs sur Geneanet, qu’il s’est fait geneatroller, qu’il est depressed par ces gens qui collectionnent les ancêtres et qui en plus, losers!, en sont encore à se demander s’il faut pas écrire aux AD pour avoir un acte qui est en ligne.

Vous reconnaîtrez aussi le généalogiste à ses cheveux dans le vent, à sa barbe naissante pour les hommes, à ses bijoux fantaisies pour les femmes, dans une tenue branchouille, un mix BCBG/détendu. Il est nonchalant, il souffle quand on lui parle du monde des archives (parce que le généalogiste branchouille, il est quand même totalement blasé par les employés des archives qui franchement, pourraient numériser les archives fiscales de Trifouillis-les-Oies). Le généalogiste branchouille s’est fait faire un blason, un ex libris, il parle bibliophilie, il a cette faculté de parler étonnante : il utilise un français à peu près correct dans lequel il insère tout un jargon 2.0.

Car le généalogiste branchouille fait partie d’une secte. Il connaît ses confrères et consoeurs, il twitte, met des commentaires sur FB, et pour se distinguer de la masse de ces généalogistes has-been, il emploie son fameux jargon. Pourquoi ? Pour être reconnu par les siens et enfin abandonner Mme Michu qui lui parle de son minitel. Il répond d’ailleurs à madame Michu, en même temps qu’il se moque d’elle sur Twitter : « C’est très intéressant ce que vous dîtes, ça me donne une idée pour mon généablog, ça vous dirait un selfie ? » 
Eh oui, mesdames et messieurs, le généalogiste branchouille a un blog. Il s’en prend aux associations où « les vieux jouent aux boules, pétés au Ricard, en discutant du projet de faire un stand dans le village d’à côté », il s’en prend aux copieurs d’arbres et, comme le généalogiste branchouille est misanthrope, il s’en prend aussi à ceux qui critiquent ceux qui copient les arbres. Mais le généalogiste branchouille, surtout, vous donne des conseils : genre, il a 20 ans et il croit que les gens l’écoutent. Comme quand il se pointe dans une association, on le rembarre parce qu’il ne sait pas jouer au bridge, il rédige un blog sur WordPress, Over-Blog ou Blogspot. Des fois, il a même un site Internet, du genre prat-genealogie.fr dans lequel il poste ses relevés pour concurrencer Geneanet parce que, non mais, Geneanet c’est trop populaire. Il a même créé un forum : http://bibliophilie.forumactif.org/
Le généalogiste branchouille adore parler de Lui, il est un peu égocentré et des fois, il écrit, comme en ce moment, un article où il parle de lui à la troisième personne.

Quand vous entrez chez le généalogiste branchouille, vous le repérez tout de suite. Il a un portrait de tatie Ursule au dessus de son bureau Louis-Philippe, possède une bibliothèque avec de vieux bouquins reliés et surtout ! surtout ! il a un ordinateur, toujours allumé avec son logiciel Heredis ou Geneatique en route dans lequel il entre des informations. Il vous offre une tasse de thé, vous propose des biscuits qui ont été fabriqués dans le village de ses ancêtres, et adore vous parler de la dernière appli totalement inédite en France « mais grâce à mon VPN j’y ai accès » sur sa tablette Galaxy sous Android. Il y lit la RFG (d’ailleurs, il dit RFG, parce que Revue Française de Généalogie c’est trop long et puis, c’est pas branché), consulte Gallica et pendant que vous lui parlez, il fait un live-tweet pour partager avec ses followers toutes les infos cruciales que vous lui donnez. Il sort une clope, fume et philosophe sur la généalogie, se prenant pour Sartre (il aime d’ailleurs à montrer qu’il connaît le nom de Sartre et du coup, il place ledit nom dans un article comme en ce moment même).
Ce hipster de la généalogie vit le plus souvent en ville, il est totalement open sur le monde, il fréquente les cafés-philos, il est un peu boboïsant sur les bords mais il assume un côté rétro avec ses vieux papiers de famille, ses portraits, ses archives, ses vieux bouquins. Il se voit comme celui qui transmettra des valeurs, des recherches, et sa quête d’immortalité l’a poussé à créer un blog de généalogie sur lequel il est intarissable.

Le généalogiste branchouille est à la fois un anarchiste (à mort les archives payantes !) et un consumériste (ahhhhhh le dernier Blackberry est sorti !). Il ne lit que des livres obscurs, du genre de ceux de Dans la bibliothèque du généalogiste et méprise ceux qui passant sur le stand de Geneanet hésitent entre Les noms de famille en France et La généalogie pour les nuls. Il se prend souvent pour un historien, parce que, vous comprenez, le généalogiste branchouille écrit des articles, cherche sur Gallica et des sites en anglais des infos sur tel ou tel ancêtre et se dit : « Voyez, j’écris des articles, je suis comme un historien ».

Son blog est entrecoupé d’articles dits historiques, d’articles soi-disant humoristiques, de biographies d’ancêtres et de conseils en tout genre. Le généalogiste branchouille aime se relire car il se trouve du talent, il aime aussi lire les autres généalogistes branchouilles avec qui il fait des trucs insensés comme les geneathèmes, les challenges AZ. Il est tellement branchouille que l’antique BNF s’y est mise aussi, pour ne pas paraître trop dépassée par cette poignée de faiseurs d’opinions généalogiques (sic). Ils sont combien les généalogistes branchouilles ? 50 ? 100 ? Et pourtant personne ne les critique. Pourquoi ? Parce que si tu essaies de t’en prendre aux geneablogueurs, c’est en passant par le même biais qu’eux : Twitter, FB, Instagram. Et là, tu te transformes aussi en hipster de la généalogie.
Mais le généalogiste hipster a bon fond (si, si, j’vous jure). Il accueille à bras ouverts les généalogistes branchouilles en devenir, leur donne des conseils pour écrire un blog, il fait des relevés, participe à faire connaître la généalogie. C’est pour ça qu’on l’aime bien ce généalogiste un peu bizarre. Même s’il continue de parler de lui à la troisième personne, même s’il snobe un peu les généalogistes amateurs, même s’il est un adepte du Grand Gourou Skippy ; le généalogiste branchouille est aussi là pour vous détendre un peu avec ses articles qu’il met trois plombes à écrire. Il sera toujours là pour discuter avec vous, pour publier des billets à lire quand vous rentrez du boulot, pour partager sa passion.

Parce que ce qui rapproche le généalogiste branchouille du généalogiste classique, c’est la passion pour la généalogie. Au fond, peu importe que vous soyez papier ou informatique, que vous soyez geneablogueurs ou non ; nous sommes tous des généalogistes et nous formons une grande communauté.

Signé : Thomas de Sacrés Ancêtres!, un geneablogueur branchouille.

PS : Le généalogiste branchouille est un être assez doué pour faire de l’autodérision et se flatter en même temps. C’est vraiment une drôle d’espèce…
Partagez sur

10 réflexions sur “Portrait du généalogiste branchouille”

  1. Excellent article dans lequel je me retrouve à 99% car je ne cite pas Sartre qui est un peu dépassé (qui a dit que le branchouille magnait l'ironie ?)

    Écrit depuis mon iPad 2 (et oui pas si branchouille que cela puisque je rève de la Surface Pro 4 sans me l'acheter) 😜

Répondre à Unknown Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.