Ô ma douce, ma mie ! ma belle-sœur ?!!


Il était une fois, dans le Luberon, une famille qui vivait presque paisiblement. Après avoir vendu des armes au duc de Lesdiguières, après avoir quitté Grenoble pour Lourmarin, puis la Bastidonne, puis La Tour-d’Aigues, après avoir abandonné le protestantisme, après avoir… bref, après avoir briser les dernières résistances de votre brave serviteur, cette famille décida de vivre paisiblement… Enfin… presque.
Tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes chez les Lombard de La Tour-d’Aigues. Vivant dans leur bastide du Réal, ils se marient, font des enfants… enfin, c’est un privilège qui est réservé à l’aîné : Salomon fils de Salomon. Il se marie même deux fois. Ses frères, Jacques et Antoine, certainement pour ne pas disperser l’héritage de papa doivent se contenter des plaisirs solitaires. Il restait une fille. Comme les filles, c’est caca, on l’a envoyé à Céreste pour se marier et ciao ma belle, surtout ne prétends plus à l’héritage paternel !
Bref, tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Salomon II se marie avec Louise Martin en 1673. Mais il est bien brave Salomon, il marie tous ses enfants, sauf Simon. Lui, il reste célibataire comme tontons Jacques et Antoine.
Mais voilà-t-il pas qu’un jour tonton Antoine se venge !
Un dimanche qu’il est un peu incommodé, Antoine Lombard profite d’un contrat de mariage entre André Lachaud et sa nièce Anne Lombard pour passer un testament. Il faut dire que c’est jour de fête, non ? Un mariage ? De quoi faire un testament !
En fait, il ne s’agit pas d’un mariage, mais simplement du contrat qui se signe… deux ans après le mariage. Il a fallu probablement marier Anne rapidement, elle qui commençait à avoir du ventre…
Bref, Antoine fête le contrat qui se fait en présence de tout le monde sauf de lui. Comme il a la migraine, il demande au notaire de faire son testament.
Il lègue « a Salamon et Jacques Lombardz ses freres et a chascun d’eux trois livres ». Bon, vous l’avez compris, les Lombard sont propriétaires d’une bastide… Autrement dit, c’est comme si moi je léguais à « mon frère X quatre euros pour en jouir comme il voudra. »
On a compris Antoine, tu n’aimes pas trop tes frères. Mais ces trois livres, ce n’est que l’appetizer ! car Antoine Lombard fait plus fort.
« ledit Lombard testateur a fait et nommé son heritiere universelle Louise Martine sa belle sœur femme dudit Salomon son frere »
HEIN ?!!!
Alors, deux hypothèses s’offre à nous :
– Soit Antoine Lombard était amoureux de sa belle-sœur voire avait une relation avec elle,
– Soit il n’était pas amoureux d’elle mais voulait se venger de son frère toujours en vie.
Mon côté romanesque penche pour le premier cas. Cependant qu’il ait eu ou non une relation avec Louise Martin, par ce testament, il sèmera le doute jusqu’à aujourd’hui.
Quelle vengeance ! qu’elle haine il devait avoir pour ses frères et surtout pour Salomon pour ainsi ne presque rien lui léguer et, en plus, passer outre les legs classiques à ceux de son sang pour léguer à sa belle-sœur tous ses biens. Quelle zizanie ce testament, une fois ouvert, dut semer dans la famille Lombard !
Partagez sur

1 réflexion sur “Ô ma douce, ma mie ! ma belle-sœur ?!!”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.