Dans la bibliothèque du généalogiste #1


Dans cette nouvelle rubrique sur Sacrés Ancêtres!, je vous parlerai brièvement de livres que j’ai reçus ou empruntés ou volés (!) et qui peuvent intéresser le généalogiste et l’historien. Mon but est affiché : vous faire sortir des sentiers battus, c’est-à-dire de la simple monographie locale ou du Votre généalogie en 2 clics. Donc on va parler de livres d’histoire, de bibliophilie, de sociologie, etc. Enfin, on va essayer…
Pour commencer cette rubrique, j’ai choisi un livre assez généraliste et pourtant d’une immense qualité :
Régis Bertrand, La Provence des rois de France, 1481-1789, Aix-en-Provence, PUP, 2012.
Afficher l'image d'origine
Voici une synthèse récente et magistrale sur la Provence sous l’Ancien Régime. Aspects politiques, humains, religieux, artistiques, etc., en somme, tout y est. Et une fois que vous aurez digéré ce panorama clair et concis, vous pourrez vous tourner vers la bibliographie qui fait une quinzaine de pages avec des monographies locales, des ouvrages de bibliophile, et des ouvrages plus précis. Un début idéal pour qui a des ancêtres en Provence ou pour qui veut étudier cette province.
Ensuite, un autre livre absolument admirable :
Claire Chatelain, Chronique d’une ascension sociale. Exercice de la parenté chez de grands officiers (XVIe-XVIIe siècles), Paris, EHESS, 2008.
 Afficher l'image d'origine
Alors j’en vois quelques-uns (toujours les mêmes, au fond, près du radiateur) qui lèvent leurs sourcils et se disent : « Non mais j’ai pas de grands officiers parisiens dans ma famille ». Mais moi non plus je ne descends pas de cette famille Miron ! Et alors ? Si seuls les descendants de cette famille s’intéressaient à l’ouvrage, Mme Chatelain aurait été publiée aux Éditions de l’Amicale des Mironais. Mais c’est publié chez l’EHESS et c’est, surtout, excellent. Après avoir dressé un portrait de la famille Miron, médecins du roi puis officiers parisiens, C. Chatelain s’intéresse aux alliances matrimoniales chez ces grands officiers et elle ne néglige pas les branches cognatiques. Elle fait un travail admirable et qu’il s’agisse du contenu même du livre ou de l’introduction méthodologique, cet ouvrage doit être lu par ceux qui souhaitent écrire l’histoire de leur famille. Pourquoi ? Parce que nous autres, généalogistes, nous étudions la longue durée et nous constatons la mobilité sociale ; si vous avez une branche qui a connu une ascension, lisez ce livre. Si vous voulez des idées à piquer, autant piquer ça chez quelqu’un qui sait bien faire les choses. En plus, un livre qui s’intéresse aux alliances matrimoniales devrait passionner les généalogistes…
Et si vos ancêtres se sont déclassés, je vous conseille de lire le prochain article de cette rubrique…
Enfin, parlons bibliophilie avec un vieux bouquin : Le Tout-Marseille
Jusqu’à ces derniers mois, j’ignorais complètement l’existence de cet annuaire de la bonne société marseillaise. Je connaissais l’annuaire du Nord, le Bottin mondain, le Tout-Lyon, mais pas le Tout-Marseille. Déjà, je pourrais arrêter cette présentation puisque je vous ai cité les livres à vous procurer si vous avez de la famille (notable du moins) dans ces coins-là. Mais à quoi peuvent bien servir ces listes de noms ? Eh bien à étoffer l’histoire familiale… voire à trouver des liens de parenté. Si certains annuaires sont clairement généalogiques, ce n’était pas le cas du Tout-Marseille. Mais prenons un exemple pour voir son utilité :
Dans le Tout-Marseille figure mon arrière-grand-père, le commandant Prat.
Voici cette brève mention et ce que l’on peut en tirer :



On apprend que Marcel Prat a la Légion d’Honneur, la croix de guerre et les autres croix sont le signe de médailles étrangères dont une en tant qu’officier (le O.). Il est à la retraite en 1937 (date de cette édition du Tout-Marseille) et vivait 173 rue Breteuil. On a même son numéro de téléphone : D(ragon) 83.39.
Vous allez me dire que ce n’est pas énorme. MAIS vous oubliez que rien que par la présence ou l’absence de vos aïeux dans cet annuaire, vous aurez une idée relative de leur position sociale. Et vous oubliez que c’est tout un annuaire, qu’il y a peut-être des cousins… En cherchant du côté Lombard, je tombe sur cette mention :

Je ne vous en dirai pas plus aujourd’hui car cette mention mérite un article entier… que vous pourrez lire demain sur Sacrés Ancêtres! Et en plus, vous aurez des précisions sur ce Tout-Marseille.
Enfin, si vous souhaitez reprendre cette rubrique sur votre blog, n’hésitez surtout pas, vous pouvez même poster le lien en commentaire
Partagez sur

1 réflexion sur “Dans la bibliothèque du généalogiste #1”

  1. Voilà une sélection pleine de promesses, personnellement je pourrais trouver de l'intérêt à chacun de ces trois livres. Mais j'aime surtout l'enthousiasme de Tom qui nous invite à montrer notre biblio.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.